AVOIR enfin CONSCIENCE de votre VALEUR changerait votre VIE

Prendre rendez-vous
navigate_before
AVOIR enfin CONSCIENCE de votre VALEUR changerait votre VIE

Date de publication : 13/05/2023

Vous êtes souvent bloqué dans vos actions ? Vous remettez au lendemain ? Vous n’agissez pas ? Vous ruminez tout le temps ? Les autres vous marchent dessus ? Vous êtes tout le temps pessimiste ? Vous passez d’un état émotionnel à l’autre sans rien y comprendre ? Vous pensez que l’estime de soi c’est pour les gens qui ont une haute idée d’eux-mêmes et vous vous sentiriez gêné d’en avoir vous-même une importante ? Et bien si vous vous sentez concernés par ces différents points, vous pourriez déjà vous intéresser à la notion d’estime de soi.
L’estime de soi , c’est le ressenti que l’on a de sa valeur personnelle.

Dans l’article précédent "Bien ou mal dans sa peau : CONFIANCE EN SOI ou ESTIME DE SOI", nous avons vu que l’estime de soi correspondait à différentes définitions. Elle peut donc se mesurer et s’estimer de différentes façons.
Maintenant ce n’est peut-être pas clair pour vous.
Et si vous commenciez par découvrir comment l’estime de soi se construit.
Nous allons voir en quoi l’estime de soi peut nous servir. Et en quoi l’estime de soi est indispensable dans une vie.
Pour l’instant vous ne savez pas si votre estime de vous-même est bonne ou pas. Vous allez découvrir certains critères utilisés pour la caractériser.
D’un autre côté, j’ai envie de vous dire que suivant les difficultés que vous avez, vous pouvez aisément déterminer si votre estime de vous-même est bonne ou pas.
Un manque d'estime de soi se traduit par des peurs, de l’anxiété, une mauvaise image de soi, un manque de confiance en soi, des comportements d’échecs, de la procrastination, ou encore des formes de dépendances à des personnes ou des produits.

Cet article est en cours de mise en ligne. Si vous voulez être informé(e) de sa publication complète, vous pouvez vous abonner à la page Facebook du cabinet.
Si vous vous sentez concerné par le sujet de cet article, sachez que je peux vous aider spécifiquement dans ce domaine au cabinet ou en visio.


Comment l’estime de soi se construit ?

L’estime pour soi L’estime de soi va se construire principalement durant l’enfance et mais évoluera tout au cours de la vie.

L’estime de soi se construit dès l’enfance.
L'estime de soi trouve racine dans nos premiers ressentis, selon que nous nous sommes sentis acceptés et approuvés, ou non et si nos besoins affectifs et éducatifs sont comblés adéquatement par les parents. Les personnes significatives de notre entourage (fratrie, grands-parents, amis, enseignants) pourront aussi contribuer ou non au regard positif.
Ainsi le sentiment de notre valeur personnelle s'est construit autour de l'accueil de nos réussites et de nos erreurs par nos parents qui nous ont transmis (ou non) la sécurité affective et l'autonomie, par leur validation (ou non) de nos comportements et de nos apprentissages, comme par celle d'autres personnes significatives.
L’enfant va ciseler son estime non seulement à travers le REGARD parental porté sur lui, mais aussi en s’appuyant sur le MODÈLE parental. Au niveau du modèle parental, il y’a tout le bagage de l’adulte référent. L’enfant ressent cette incomplétude qui habite la vie du parent, ce que ce parent pense de lui même, son niveau d’auto-affection, ses limites, ses failles et ses incohérences, etc. Chacun de nous navigue avec ses gouffres ou ses pas de coté. Et tout en grandissant, l’enfant intériorise ces “blancs dans le texte”; il les incorpore à son édification.
Avec la maison, l'école est le deuxième lieu important où se met en place l'estime de soi des enfants.
L'estime de soi, qu'a l'enfant au départ, dépendra aussi de l'école (institutrice et camarades). Le style éducatif 1 (libéral, permissif ou autoritaire) encouragera ou non l'acceptation de soi et la confiance en soi de l'enfant.
Avec le temps, l'enfant se confronte à de nouvelles expériences et se détache de l'image de lui que les adultes (parents, enseignants) lui renvoient. Il s'autonomise petit à petit, pense et émet des jugements sur lui-même même.
La vision et le jugement des autres sera toujours un facteur d'influence, mais dans une proportion moindre.

Et ensuite ?

L’estime de soi n’est pas figée dans le temps. Elle évolue et se solidifie selon les rencontres et les expériences de la vie. L’attitude de la personne, ses cognitions ainsi que ses schémas positifs et négatifs auront aussi une influence déterminante sur l’estime de soi.
Le jugement sera à la fois subjectif et objectif. Il sera influencé par les expériences, les capacités (physiques, intellectuelles) et le tempérament général optimiste ou pessimiste de la personne.
Nous avons vu que l’estime de soi comporte des aspects comportementaux (l’estime de soi influence nos capacités à l’action et se nourrit en retour de nos succès) et cognitifs (elle dépend étroitement du regard que nous portons sur nous, mais l’estime de soi le module aussi à la hausse ou à la baisse). Enfin, l’estime de soi reste pour une grande part une dimension fortement affective de notre personne : elle dépend de notre humeur de base, qu’elle influence fortement en retour.
Il peut arriver que l'estime qu’on a de soi change rapidement, d'un jour à l'autre, et même d'une heure à l'autre. Lorsque nous avons le sentiment d'avoir réussi quelque chose, notre estime de soi peut être renforcée. À l’inverse, lorsque nous ressentons un sentiment d’échec, elle peut diminuer. Nous avons vu que suivant les personnes elle est plus ou moins stable.
Le respect face à soi, son identité, ses valeurs, ses besoins et ses émotions sera aussi déterminant quant au jugement posé sur soi.

À quoi sert l’estime de soi ?

L’estime de soi contribue au bien-être général.
Avoir une bonne estime de soi signifie que vous vous accordez de la valeur en tant que personne et que vous pensez mériter le respect des autres.
Nous pouvons donc être plus fiers de nous, nous développons un sentiment d’égalité envers les autres. …

Facilite nos actions

Une des premières fonctions, et la plus facilement observable, de l’estime de soi, concerne la capacité à s’engager efficacement dans l’action. Une bonne estime de soi facilite l’engagement dans l’action, permet une auto-évaluation plus fiable et plus précise.
Les personnes qui ont une bonne estime d’elles-mêmes ont confiance en leurs capacités. Il leur est souvent plus facile de relever de nouveaux défis. Au contraire, ceux qui ont une faible estime d’eux-mêmes ont souvent du mal à croire en eux, s’engagent avec beaucoup de prudence et de réticences dans l’action et sont plus enclins à abandonner.
Ils souffrent plus souvent de procrastination, cette tendance à hésiter et à repousser à plus tard toute prise de décision.
Il y a un lien avec la confiance en soi. Nous en reparlerons plus loin.
L’explication de ces différences tient entre autres à la perception des échecs : les sujets à basse estime de soi tendent à procéder face à l’échec à des attributions internes (« c’est de ma faute »), globales (« cela prouve que je suis nul ») et stables (« il y aura d’autres échecs »). Tandis que leurs homologues à haute estime de soi vont le plus souvent recourir à des attributions externes (« je n’ai pas eu de chance »), spécifiques (« je reste quelqu’un de globalement valable ») et instables (« après la pluie, le beau temps : des succès viendront »). Ces deux dynamiques s’auto-entretiennent. La première pousse le sujet à basse estime de soi à entreprendre aussi peu que possible, par peur de l’échec, et donc à bénéficier moins souvent des gratifications de la réussite, donc à douter davantage, etc…
Tandis que la seconde incite le sujet à haute estime de soi, moins préoccupé par le risque d’échec, à multiplier les actions, qui peu à peu vont nourrir et consolider sa confiance en lui-même, et le pousser à renouveler ses initiatives.

Permet une meilleure affirmation de soi

Nous pouvons exprimer nos principes, nos convictions, nos besoins, nos valeurs et nous osons les défendre.
Tout individu procède à des auto-évaluations incessantes et en grande partie inconscientes, et ces phénomènes sont étroitement liés à l’estime de soi. On a montré que les sujets à basse estime de soi, lorsqu’ils sont invités à se décrire, se montrent prudents et hésitants, abusant de la nuance jusqu’au flou.
Les sujets à haute estime de soi par contre parlent d’eux en termes plus tranchés et plus affirmatifs, et se montrent moins dépendants de leur interlocuteur : ils peuvent ainsi affirmer « je déteste l’opéra » au milieu d’un groupe de mélomanes…
Cela permet de mener une relation avec son partenaire sur un pied d’égalité sans devenir dépendant de l’autre.

Favorise le bien-être émotionnel

• Une bonne estime de soi permet une stabilité émotionnelle plus grande.
Confrontés à un échec, les personnes avec une bonne estime de soi vont présenter des réactions affectives immédiates (tristesse et désarroi) d’intensité équivalente à celle des personnes à basse estime de soi. Par contre, elles dureront chez eux nettement moins longtemps : le sillage émotionnel de l’échec perturbera moins leurs attitudes ultérieures.

• On a également pu montrer que les affects de base étaient plus souvent négatifs en cas de basse estime de soi.
D’autre part les personnes à estime de soi instable, très dépendante des événements extérieurs, étaient plus souvent victimes d’états émotionnels à polarité négative (peur, colère…) que ceux dont l’estime de soi était plus stable et résistante.
• l’estime de soi nous protége de l’adversité.
Les personnes à basse estime de soi font moins d’efforts pour « se remonter le moral » après un revers. Le personne avec une bonne estime de soi compose généralement bien avec le stress et l’incertitude de la vie.

Permet d’avoir de meilleures relations

Une estime de soi saine favorise l’épanouissement, le bonheur et la réussite de la personne dans plusieurs sphères de sa vie.
Cela se manifestera par une attitude générale détendue, une spontanéité, une impression générale d’harmonie et de sécurité.
On notera aussi chez cette personne une joie de vivre, un sens de l’humour et une ouverture d’esprit.
Il y a chez elle une ouverture et un confort à donner et recevoir des compliments, de l’affection ou même des critiques.
La personne qui s’estime positivement est également à l’aise à s’affirmer et parler de ses réalisations, ses forces et aussi de ses faiblesses.


Pourquoi l’estime de soi est fondamentale pour quelqu’un ?

Nous avons vu ce qu’une bonne estime de soi permettait.
Bénéfices d’une bonne estime de soi : personnalité affirmée, stabilité émotionnelle, meilleure résistance au stress et à l’échec, plus grande capacité à être indulgent envers soi, à se faire confiance, à atteindre ses buts et se dépasser (pour se lancer dans de nouveaux projets...), à sortir de sa zone de confort (pour se sentir à l'aise avec les autres et au quotidien).
Et cela va encore plus loin.

Estime de soi et accomplissement de soi

La qualité de nos choix amoureux, familiaux, professionnels ou sociaux est à l'image de nos valeurs comme de notre estime de soi. Croire en soi et prendre conscience de son importance en tant qu’être humain autorise l'individu au bonheur.
De même, pour se faire respecter il faut croire qu'on le mérite. Selon comment chacun se traite, on permet souvent aux autres de nous traiter de la même façon. « Tu vaudras aux yeux des autres ce que tu seras à tes yeux » (Cicéron).
Avoir une faible estime de soi conduit souvent à faire du surplace dans la vie : une personne avec une faible estime d’elle-même doute de ses capacités, se concentre sur ses faiblesses, se retire par peur d’être rejetée et se blâme sans cesse pour ses erreurs. Cela ne ressemble pas vraiment à de l’épanouissement ni à de la satisfaction, n’est-ce pas ?
Estime de soi et amour de soi sont donc inter-reliés (comme nous le verrons plus tard). Le plaisir que l'on s'accorde entretient notre amour de soi (notre capacité à nous aimer) tout en en découlant.

Estime de soi et légitimité

L'estime de soi c'est s'accepter et se respecter tel qu'on est, avec nos imperfections et nos limites, nos forces et nos faiblesses, nos succès et nos échecs. S'aimer tel qu'on est permet de se sentir bien dans sa vie, sans attendre de l'autre qu'il nous renvoie une image positive de nous-même ou apaise notre mal-être. Notre valeur ne dépend pas de l'approbation d'autrui mais de notre perception de soi.

L'amour que l'on se porte, la compassion pour soi-même, la confiance en soi permettent de s'affirmer en tant qu'individu, d'oser dire ce que l’on pense et d'agir selon ses valeurs. S'attribuer de l'importance c'est se dire qu'on mérite d'exister et de s'accomplir. S'aimer c'est se sentir légitime.
Évidemment, nous (nous) apprécions lorsque les autres nous valorisent, mais il est difficile - voire impossible - d'avoir le contrôle sur ce besoin de reconnaissance, aussi faut-il se demander si l'énergie mise au service de la satisfaction de ce besoin en vaut la peine. Se sentir reconnu est gratifiant, mais cela ne doit pas devenir le pilier sur lequel on s’appuie pour alimenter le sentiment de notre valeur personnelle.

L’estime de soi est importante car en cas de mauvaise estime de soi les dommages sont : insatisfaction de soi, forte sensibilité aux critiques, difficulté à prendre des décisions par peur de se tromper, nature plus pessimiste, tendance au perfectionnisme, à l’autocritique, à ressentir de la culpabilité (ruminations sur les erreurs du passé...)

Nous pouvons prendre un exemple.
Une mauvaise estime de soi peut être à l’origine du syndrome de l’imposteur : doute maladif consistant à nier plus ou moins systématiquement tout accomplissement personnel. Certaines personnes pensent ne pas mériter les succès obtenus, même s’ils ont travaillé dur pour y parvenir, et craignent en permanence d’être démasquées et accusées d’escroquerie. Elles attribuent leurs réussites à des éléments extérieurs (la chance, leur charme, leurs relations, des circonstances particulières) et pensent abuser leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs...

Qu’est-ce qu’une bonne estime de soi ?

Haute estime de soi ou pas ?

Une estime de soi modérée (ni trop haute pour se surestimer, ni trop basse pour se sous-estimer), est un bon critère pour accomplir de grandes choses et se sentir bien.
Rechercher à tout prix une haute estime de soi ne peut pas être un idéal. Une haute estime de soi peut rendre les personnes anxieuses, rigides, préoccupées de bien faire, perfectionnistes. Par besoin de tout contrôler, elle peut rendre impossible toute spontanéité et mettre la personne en échec à différents niveaux.

Une estime de soi modérée rend la personne capable :
• de parler d’elle positivement sans vouloir attirer la sympathie ou l’amour
• d’accepter les compliments sans gêne ni minimisation
• d’entreprendre, persévérer et renoncer sans se sentir humiliée, ni se chercher des excuses
• de ne pas se sentir obligée de se justifier face à ses échecs

Estime de soi stable ou pas ?

La stabilité est la capacité à garder un équilibre face aux événements de la vie. C’est un amortisseur face aux réussites et approbations, ou aux critiques.

Haute et stable

Les facteurs externes et les événements de la vie « normaux » ont peu d’influence sur l’estime de soi de la personne. Cette dernière ne consacre pas beaucoup de temps et d’énergie à la défense ou à la promotion de son image. Elle fera preuve de conviction en exprimant son point de vue. Une estime de soi haute et stable est solide, résistante. La personne ne remet pas sa valeur en question à chaque moment et peut accepter de ne pas contrôler totalement une situation sans se sentir inférieure ou diminuée. Elle écoute les critiques de façon rationnelle.

Haute et instable

Les personnes qui ont une estime de soi haute et instable peuvent subir des atteintes importantes lorsqu’elles sont placées dans un contexte compétitif ou déstabilisant. Beaucoup d'énergie consacrée à se défendre ou à se justifier des critiques ou échecs même s'ils sont mineurs. Elles pratiquent l’auto-promotion excessive de leurs succès ou qualités.

Basse et instable

Les personnes qui ont une estime de soi basse et instable sont sensibles et réactives aux événements extérieurs qu’ils soient positifs ou négatifs. Elles passent régulièrement, à la suite de succès et de satisfactions, par des phases d’estime de soi plus élevée qu’à l’habitude, qui redescendent peu après, quand de nouvelles difficultés apparaissent. Ces personnes font des efforts pour se donner à eux-mêmes et aux autres une meilleure image et améliorer leur condition et leurs états d’âme. Elles sont soucieuses de ne pas se trouver en échec ou rejetées et ont le triomphe modeste et la souffrance discrète.

Basse et stable

L’estime de soi est peu influencée par les événements extérieurs, même favorables. États émotionnels régulièrement négatifs. La personne consacre peu d’efforts à la promotion de son image et de son estime de soi, dont elle accepte et subit le bas niveau.

Et donc suivant où vous en êtes, c’est le moment de commencer le travail en détaillant les différents piliers de l’estime de soi.

Sur quoi travailler pour avoir une bonne estime de soi ?

L’estime de soi est composée de 4 facteurs : si l’une des composantes est faible, elle affaiblit les autres.

→ L'acceptation de soi
Elle permet d’affirmer son identité, d’être authentique et bien dans sa peau. Elle nécessite l’acceptation équivalente de ses forces et faiblesses. La personne prend toute sa place, elle se sent légitime et responsable. Elle accepte les difficultés sans se positionner en victime. Cette acceptation de soi prend ses racines dans la place qui a été donnée au sein de la famille. L’enfant qui a été délaissé, rejeté, ou qui a vécu un sentiment d’abandon, s’excusera de vivre, se sentira en trop, ne saura pas où se mettre. Il aura tendance à vivre en retrait, ou ressentira de la colère passive. Il accusera les autres de son mal-être et se positionnera en victime.

→ L’amour de soi
Il correspond à l’amour qu’on se porte. C’est une capacité à s’apporter de la bienveillance. C'est apprendre à s’aimer inconditionnellement, tels que nous sommes. L’acceptation de soi est le prérequis. Cet amour se construit dès l’enfance. Les carences en amour sont le terreau des dépendances affectives ou autre. On recherche à l’extérieur de soi chez l’autre, l’affection qu’on ne peut se donner à soi-même. La personne cherchera pour tous les moyens à attirer l’attention et le regard sur elle pour obtenir de la reconnaissance, pour se sentir digne d’intérêt.

→ L'image de soi
L'image de soi se rapporte au regard qu’on se porte à nous-même. Cette image est très subjective et dépend beaucoup de l’environnement familial et social. La personne croit en elle, en sa valeur, en ses capacités, en son pouvoir d’agir sur sa vie, et d’attirer de l’amour. Elle est capable de parler d’elle, de ses réalisations, de ses succès, de sa valeur. Elle peut aussi s’analyser et se remettre en question. L’image de soi se construit par la valorisation de nos compétences, de nos aptitudes et la réassurance par l’environnement de nos doutes. Quand l’image de soi est atteinte la personne peut souffrir d’une grande timidité, ou dépendre totalement du jugement de l’autre. Elle se croit incompétente et n’ose pas vivre ses rêves.

→ La confiance en soi
Elle se construit avec nos expériences. La personne sait qu’elle est capable de réussir dans les actions qu’elle a entrepris. Elle pourra ainsi respecter ses engagements et aller jusqu’au bout de ses réalisations malgré les difficultés. La confiance en soi s’appuie sur l’éducation parentale, scolaire, le vécu des réussites et des échecs et le soutien que l’on a reçu. Elle se nourrit aussi des valeurs transmises sur le changement, sur l’inconnu, sur le succès, etc.

Evidemment le point de départ de tout ça est la conscience de SOI : la connaissance de sa propre personnalité (dans tous ses aspects possibles), de ses capacités, de ses valeurs, de ses talents, … ainsi que la conviction de ses propres actions. Et je peux vous dire que c’est un gros morceau. Il n’est pas possible de passer à côté si on souhaite améliorer son estime de soi.

Vous avez compris l’importance de l’estime de soi.
Vous connaissez également sur quoi l’estime de soi repose. Si vous avez envie de découvrir comment la mesurer, vous pouvez consulter l'article précédent sur l'estime de soi.

Maintenant cela est compliqué pour vous de savoir si vraiment cela vaudrait la peine de travailler sur l’estime de soi. Vous ne savez pas si c’est vraiment en rapport avec votre problème.
Alors l’article suivant vous donnera des détails permettant d’identifier la relation entre votre difficulté et votre estime de vous-même. Et vous aurez quelques pistes pour travailler tout seul votre estime de vous. Vous avez sûrement compris que la tâche est difficile. Donc l’aide d’un thérapeute est la plupart du temps indispensable.

Auteur : Karine BIAVA (2022)
Psychothérapie et Art-thérapie à Peymeinade 06 530

Si vous sentez que vous avez besoin d’aide car vous manquez peut-être d'estime de vous et que vous ne trouvez pas de solutions face à vos difficultés, vous pouvez entreprendre des séances de thérapie pour solutionner durablement votre mal-être.
N'hésitez pas à prendre rendez-vous.
La théorie est une chose, en profiter vraiment en est une autre.
Une séance suffit pour répondre à une question.
Une thérapie est efficace durablement que après plusieurs séances.

D'autres articles sur ce sujet dans le blog ? Regardez ici.

Cet article vous a plu ? Si vous voulez échanger sur cet article, je le ferai bien volontiers avec vous. Pour ceci vous pouvez utiliser le formulaire de contact.