Comment s’en sortir quand on est bloqué dans une situation ?

Prendre rendez-vous
navigate_before
Comment s’en sortir quand on est bloqué dans une situation ?

Date de publication : 11/03/2024

Comment faire quand on est face à un obstacle ou à un blocage ? Vous êtes bloqué à cause des autres ? Bloqué à cause d’une situation ? Vous avez l’impression que quelque chose vous empêche d’avancer dans la vie ou vous empêche d’atteindre certains objectifs importants pour vous, sans pour autant savoir de quoi il s’agit ? Comment faire quand on vous met des bâtons dans les roues ? Comment se débarrasser d’une résistance extérieure ou intérieure quand on se sent coincé ? d’un frein émotionnel ou d’une paralysie psychologique ? Comment dépasser et se libérer de ses blocages mentaux ou psychologiques ?

« Je ne m’en sors pas. Je suis bloqué dans ma situation. »
"Pourquoi je reste bloquée dans ma vie, je n'arrive pas à avancer."
Si vous dites ça, alors il est fort probable que vous soyez confronté soit à une situation difficile soit à des blocages psychologiques inconscients, qui agissent comme des obstacles invisibles entre vous et la réalité que vous désirez profondément vivre. Ces obstacles extérieurs ou ces barrières psychologiques sont sources de frustrations et de souffrances, et contribuent à diminuer votre niveau d’estime et de confiance en soi.

Se sentir bloqué(e) dans sa situation peut être très décourageant, mais il est important de se rappeler que des solutions existent.

Quelle est la 1ère étape quand on se sent bloqué ?

L’un des problèmes majeurs est le suivant : qu'est-ce qui me bloque ?

Pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas la moindre idée de ce dont nous devons nous libérer.
Nous savons ce qui NE MARCHE PAS et nous savons aussi ce que nous aimerions vivre, toutefois nous ignorons ce qui nous empêche d’y accéder !


La première étape pour débloquer une situation est de comprendre précisément la nature du blocage.
Posez-vous les questions suivantes :

  • Qu'est-ce qui vous bloque précisément ?
  • Quels sont les obstacles spécifiques qui vous donnent l'impression d'être bloqué ?
  • Sont-ils externes (situations, personnes, règles ou lois, …) ou internes (croyances sur vous-même, peurs, incertitudes, le passé, des schémas répétitifs, manque de motivation …) ?

Une analyse approfondie de la situation permettra d'identifier les causes réelles et de déterminer la meilleure approche pour les surmonter.
Vous pouvez faire la liste seul(e) mais souvent l’aide d’un thérapeute est nécessaire.
Une fois les obstacles triés entre externe et interne, vous pourrez appliquer chacune des démarches exposées ci-dessous.

Vous êtes bloqué(e) par une situation ou par quelqu’un, comment faire ?

« Je suis bloqué(e) dans une situation à cause de l'extérieur. »
C’est votre 1ère réponse.
Comment faire pour avancer ? Comment débloquer une situation face à des blocages extérieurs ?

Les blocages extérieurs peuvent souvent sembler insurmontables, qu'ils soient d'ordre professionnel, personnel ou émotionnel.

Ces obstacles peuvent provenir de diverses sources, telles que des difficultés bureaucratiques, des conflits interpersonnels, une ou des personnes même dans le couple ou la famille.
Et vous verrez que même si vous identifiez un blocage extérieur, vous pourrez toujours agir sur vous. Mais nous verrons ça après.

Il semble que vous soyez confronté à une situation difficile où des facteurs extérieurs vous empêchent de progresser.

Voici quelques conseils généraux qui pourraient vous aider à avancer :

Analysez la situation de détails

Prenez le temps d'identifier précisément quels sont les facteurs extérieurs qui vous bloquent. Une fois identifiés, vous pourrez mieux comprendre comment les contourner ou les surmonter.

Evaluation l’impact des obstacles

Evaluez l’impact de chaque frein extérieur sur vos objectifs à court et à long terme. Cette évaluation aidera à prioriser les actions à entreprendre pour surmonter les résistances. Il est crucial de déterminer si le blocage est un obstacle mineur ou s'il représente un défi majeur nécessitant une stratégie élaborée. Parfois, les circonstances exigent que nous ajustions nos plans. Regardez si vous pouvez modifier votre approche pour atteindre vos objectifs malgré les obstacles.

Cherchez des solutions pour surmonter les contraintes

Les obstacles peuvent souvent être surmontés en pensant de manière créative.
Y a-t-il une solution alternative que vous n'avez pas encore envisagée ? Si la voie directe est bloquée, il peut être utile de chercher des alternatives.
C’est là que vous pouvez avoir besoin d’aide.
Un regard extérieur est souvent très utile.
D’ailleurs le regard du professionnel est là pour vous offrir un soutien ou des conseils précieux. Vous pouvez me contacter pour faire le tri.
En tout cas si vous ne voulez pas avoir à faire à un professionnel, vous n'avez pas à affronter vos problèmes seul. Parlez à des amis, à des membres de la famille, ou à des professionnels …

Réfléchir à ce que vous pouvez contrôler ou ajuster dans votre approche ou dans vos interactions avec les autres est important.

Parfois, reconsidérer vos objectifs, vos méthodes pour les atteindre, ou même la manière dont vous communiquez vos besoins et vos attentes aux autres peut ouvrir de nouvelles perspectives. La communication est donc souvent la clé pour résoudre les problèmes causés par des blocages externes.
Que ce soit dans un contexte professionnel ou personnel, une communication ouverte et honnête peut aider à clarifier les malentendus et à trouver un terrain d'entente.
La négociation peut également être nécessaire pour adapter les attentes et parvenir à un compromis acceptable pour toutes les parties impliquées.
Là encore il y a des techniques de communication ou de négociation.
Sur ce sujet, si vous souhaitez mon aide, vous pouvez me contacter.

Que pouvez-vous toujours faire quand vous êtes bloqué(e) dans une situation à cause de facteurs extérieurs ?

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler.

Nous l’avons déjà évoqué mais si vous concentrez votre énergie sur les aspects de la situation que vous pouvez influencer, cela vous aidera à vous sentir plus en contrôle et moins victime des circonstances. Dans tous les cas, vous pouvez contrôler votre attitude et vos réponses aux difficultés.

L’acceptation et le lâcher prise sont essentielles pour surmonter les blocages, même extérieurs.

Cela implique d'accepter que certains facteurs soient hors de notre contrôle et de se concentrer sur ceux que nous pouvons influencer.
Par exemple si vous êtes face à une personne qui se victimise (article), il n’est pas dans votre pouvoir de la changer. En revanche, dans une certaine mesure, vous pouvez vous adapter.
Le développement de l’acceptation peut passer par l'apprentissage de nouvelles compétences, l'adaptation à de nouvelles situations et le maintien d'une attitude positive face aux défis. Là encore, la thérapie vous permet d’atteindre cet objectif.

Même si cela peut sembler difficile, essayer de rester positif peut avoir un impact significatif sur votre capacité à surmonter les obstacles.
L'interaction avec les autres peut parfois être source de stress ou d'anxiété, surtout si on ressent une dépendance à leur égard pour certaines de nos propres actions ou décisions.

Il est important de reconnaître que, bien que nous ne puissions pas contrôler les actions des autres, nous avons une certaine marge de manœuvre sur notre propre réaction et sur la façon dont nous gérons notre relation avec ces facteurs extérieurs.

La perception que vous avez des autres, en tant qu'élément bloquant, reflète une situation où les actions ou l'inaction des personnes autour de vous influencent de manière significative votre sentiment de progression ou de bien-être.
Dans ces cas, il est courant de se sentir impuissant ou frustré, surtout si on attend des changements ou des actions de leur part qui ne se produisent pas.
Mais si vous avez travaillé l’acceptation et le lâcher prise, vous verrez que vous devenez beaucoup plus heureux alors que les autres sont toujours les mêmes.

Dans toute situation, comment éviter de se mettre des bâtons dans les roues ?

Quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, il est fondamental de ne pas se créer des obstacles tout(e) seul(e).

Dans une situation où vous vous sentez bloqué et sans issue, il peut être utile de réfléchir à ce qui vous maintient dans cet état. Etre bloqué dans sa tête ou avoir des barrières intérieures vous empêcheront d’avancer rapidement.

Dans certains cas, vous pouvez croire que la raison des blocages est l’extérieur, mais si ça se répète cela vient de vous : par exemple, vous avez toujours des collègues ou des amis qui vous narguent ou abusent de vous ou vous trahissent, vous attirez toujours la mauvaise personne dans vos relations intimes, vous passez par le même scénario dans votre travail et vos affaires …

En fait si cela se passe toujours de la même manière, c’est que des schémas provenant de l’enfance se sont formés de manière adaptative et vous poussent à réagir toujours de la même façon.

Pourquoi parler de contraintes mentales ou de blocages psychologiques inconscients ?

Les limitations internes sont nombreuses et ont différentes origines.
Nous verrons dans les paragraphes suivants comment en identifier certaines.

Les neurosciences et la théorie psychologique / psychanalytique se rejoignent.
L’inconscient ou le cerveau est un réservoir de pulsions, de désirs, d’émotions, de pensées, de souvenirs et de mécanismes de défense dont nous n’avons pas conscience, mais qui influencent nos comportements au quotidien.
Les informations sont accumulées dans des zones de notre esprit depuis notre vie intra-utérine, jusqu’à l’interprétation des phrases que nous venons juste d’entendre, en passant par les souvenirs d’expériences traumatiques vécues douloureusement.

Et c’est ainsi que certaines peurs, phobies ou schémas de pensée limitants peuvent être enracinés dans notre inconscient ou notre cerveau, et affecter notre vie quotidienne sans que nous sachions exactement à quel moment et comment !

Vous retrouverez beaucoup d’explications dans les articles suivants : la neuropsychothérapie ou la thérapie de la cohérence.

Pour surmonter les obstacles invisibles enracinés dans l’inconscient, il est important de comprendre que ces éléments enfouis en vous exercent une influence significative sur vos émotions, vos réactions, et la perception du monde qui vous entoure, et cela sans que vous en ayez conscience.
Sauf bien sûr, quand vous savez en prendre conscience (en partie le but de cet article).
Ces mécanismes inconscients peuvent ainsi saboter vos efforts en vous empêchant d’adopter des comportements constructifs. Ils façonnent vos relations interpersonnelles et même la relation que vous entretenez avec vous-même.

En explorant et en travaillant sur ces couches les plus profondes de votre esprit, il est possible d’identifier et de surmonter vos blocages psychologiques inconscients qui vous freinent, pour enfin gagner en liberté.

Mais voyons d’abord comment identifier ces entraves psychologiques.

Avant de vous libérer de vos résistances psychologiques ou de vos problèmes émotionnels, comment en prendre conscience et les identifier ?

Comme dans tout processus de changement, la prise de conscience des points spécifiques à libérer et à faire évoluer constitue le point de départ.
Mais je tiens d’abord à faire une petite mise au point.
Les blocages psychologiques inconscients sont très variés, et font intégralement partie de nos vies et des stratégies de défense psychologique mises en place par chacune et chacun d’entre nous au quotidien.
Je pense donc illusoire de chercher à se débarrasser de tous nos blocages inconscients !
En réalité, certains d’entre eux correspondent très bien à notre système de valeurs et à notre identité, et ne demandent donc pas à être modifiés.

Ces blocages psychologiques ne deviennent problématiques que lorsqu’ils nous empêchent d’être, de faire ou d’avoir un résultat qui nous tient réellement à cœur.

Comment savoir si on a des blocages psychologiques ou des résistances intérieures ?

Et bien vous pourrez reconnaitre que vous avez des blocages psychologiques si vous vous sentez confronté(e), dans des situations où vous avez l’impression d’être bloquée, à :

  • des schémas de pensée négatifs récurrents,
  • des réactions émotionnelles disproportionnées qui vous posent problème,
  • des comportements limitants ou autodestructeurs (voir la liste d’autosabotage),
  • des difficultés relationnelles pesantes,
  • des sentiments de limitation incompréhensibles dans l’atteinte de vos objectifs.

Classez ainsi les schémas mentaux limitants ou les blocages psychologiques inconscients.
Vous l’avez compris il est important de repérer une répétition ou ce que vous remettez souvent en scène dans votre vie et qui vous met en souffrance.

Il est essentiel de débusquer sa part active dans ces situations cycliques, en cessant de renvoyer la faute sur autrui ou sur des aléas extérieurs, permet d’endosser sa pleine responsabilité.

La plupart des personnes n’arrive pas à identifier seul(e) ces éléments. Si vous avez un doute à ce stade, vous pouvez prendre RDV. Un psychologue ou un thérapeute vous aidera.
Et si votre blocage psychologique venait d'un traumatisme familial ? Pourrait-il être lié à un secret de famille ou un non-dit ?

Pourquoi un obstacle psychologique est associé à une répétition particulière ?

Nous allons passer en revue différents signes de blocage psychologique.

Un schéma répétitif est une situation qui ne vous convient pas et qui vous fait souffrir mais que vous reproduisez systématiquement au cours de votre vie.
La reproduction de schémas peut investir tous les pans de notre vie, qu’il s’agisse de situations d’échecs amoureux ou professionnels, de situations d’abandon, de rejet, de trahison, de situations de rivalité, d’insécurité financière, de situations de harcèlement psychique, de violence physique ou sexuelle, de problèmes liés à l’autorité, de difficultés à s’engager, à faire des choix, d’accidents à répétition, d’états dépressifs, de sentiments de culpabilité et/ou de dévalorisation permanents… Voir l’article.

Pour les réactions émotionnelles disproportionnées répétitives, nous passerons en revue les émotions souvent associées dans le paragraphe suivant. Mais sachez que :

Tout sentiment d’injustice, de trahison, d’abandon, de rejet et d’humiliation omniprésent dans votre vie signifie aussi qu'une blessure est réactivée de façon répétitive.


Les difficultés relationnelles pesantes suivantes sont aussi le signe de blocages psychologiques :

  • une difficulté à établir des liens intimes : Une peur de l'intimité ou de se montrer vulnérable peut être le signe d'un blocage psychologique, empêchant la personne de créer des relations profondes et significatives.
  • un évitement des conflits : L'évitement systématique des confrontations ou des discussions importantes peut refléter une peur de l'abandon ou un manque de confiance en soi.
  • une dépendance affective ou une co-dépendance : Un attachement excessif à l'autre, traduisant une peur de l'isolement ou une faible estime de soi, peut signaler un blocage.
  • une jalousie excessive ou une possessivité : Ces comportements peuvent découler de peurs insécurisées, comme la peur de perdre l'autre ou un manque de confiance en soi.
  • une difficulté à faire confiance : Le manque de confiance envers les autres peut être le résultat d'expériences passées douloureuses, menant à un blocage dans l'établissement de relations saines.
  • une répétition de schémas relationnels destructeurs : Le fait de se retrouver constamment dans des relations toxiques ou insatisfaisantes peut indiquer un blocage psychologique lié à des croyances ou des peurs internes.
  • un isolement social : Le retrait des interactions sociales ou le fait d'avoir très peu de relations peut refléter une peur du rejet ou un sentiment d'inadéquation.
  • des réactions émotionnelles disproportionnées : Des réactions émotionnelles extrêmes ou inappropriées dans certaines situations relationnelles peuvent signaler des blocages émotionnels non résolus.
  • une incapacité à gérer les séparations ou les pertes : Une difficulté excessive à accepter les séparations ou à faire le deuil peut indiquer un blocage lié à la peur de l'abandon ou du changement.

Le blocage psychologique revêt des scénarios différents mais le résultat est toujours le même à la fin et génère un sentiment d’impuissance.

Il est parfois difficile de relier différentes situations difficiles qui apparaissent sans rapport les unes avec les autres. En fait vous ressentez en même temps que ces répétitions un sentiment d’échec.
Il est important de laisser parler votre intuition qui « ressent » les liens invisibles, et indique lorsqu’une situation est « anormale », ou trop fortement chargée émotionnellement. Replongez dans votre histoire personnelle et vos expériences passées pour comprendre les causes possibles des blocages psychologiques inconscients que vous avez identifiés.
Sur cette partie, il est conseillé de prendre RDV avec un professionnel.

Pourquoi les obstacles psychologiques sont repérables grâce à leur répétition ?
Les blocages psychologiques répétitifs sont des émanations de parts d’ombre refoulée, faites de croyances négatives, de repères erronés, d’émotions et de ressentis insupportables engrammés durant l’enfance, ou bien de blessures, de contrats tacites qui se projette et se réactualisent inconsciemment dans le monde extérieur.

Nous nous sommes construits sur les schémas de nos parents, et dont certains sont des schémas erronés, avec des croyances négatives (ou tout du moins handicapantes dans notre vie d’adulte) sur nous-mêmes et sur les autres.
Dans ce cas, l’enfant que nous avons été n’a pas eu le recul nécessaire pour faire la part des choses. Nous nous retrouvons alors en souffrance dans des schémas de vie compliqués sans pouvoir nous l’expliquer. Cela va par la suite influencer de manière inconsciente tous nos choix de vie. Nous nous retrouvons donc, à l’âge adulte, prisonniers de notre passé et si nous ne travaillons pas à intégrer puis casser ces schémas limitants, nous revivrons sans cesse les mêmes expériences désagréables, avec un pouvoir très restreint sur notre vie et donc bien peu de libre-arbitre.
Ainsi, nous voyons tout par le prisme de nos croyances négatives (qui nous viennent de nos parents), de nos blessures, et de ce que nous avons vécu. Nous sommes donc dans le domaine de l’interprétation et de la subjectivité. Mais dès lors que nous cessons de projeter notre univers intérieur blessé et reprenons notre pouvoir, il devient alors possible de créer notre propre vie.

Pourquoi est-il si difficile de sortir de ces schémas ?

Car d’une part, nous évoluons dans un système connu fait de repères connus depuis longtemps, ce qui nous rassure. D’autre part, une partie de nous veut toujours rester fidèle à ses parents.
Et si vous êtes branché psychanalyse, vous savez que à travers la remémoration de ce qui a fait « trauma » (c’est-à-dire ce qui nous a marqué au point que nous n’avons pas pu nous en libérer sur le moment) et en le revivant en boucle, la psyché tente de se libérer, cherchant ouverture et expansion au-delà de l’enfermement. Le scénario se répètera tant que nous ne l’aurons pas compris et « modifier ».

Comment faire pour voir vos résistances intérieures ?

  • Prenez du recul. Vous pouvez également demander à un ami ou votre conjoint(e) de vous aider à mettre des mots sur les comportements, les émotions que vous montrez souvent, les croyances que vous répétez souvent.
  • Commencez donc par prendre le temps d’identifier les répétitions : les schémas de pensée négatifs, les croyances, les pensées négatives automatiques, les émotions et comportements qui vous maintiennent dans un état de mal-être ou qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs, les émotions que vous vivez souvent. Observe les schémas répétitifs dans votre vie, et vos sources d’insatisfaction actuelle.
  • Analysez la situation en écoutant vos émotions Pouvez-vous décrire les émotions que vous ressentez en vous sentant bloqué ? Reconnaître et nommer ces émotions peut être un premier pas vers la compréhension de ce qui vous retient. Dans certaines situations, il se peut que nous éprouvions des réactions émotionnelles particulièrement intenses, et, si l’on prend du recul, on s’aperçoit qu’elles sont disproportionnées par rapport à la situation actuelle. Il est important à ce stade d’exploiter l’intensité de notre réaction émotionnelle. Nous réagissons de manière aussi forte parce que la situation que nous vivons nous renvoie à des blessures mais la réaction que nous avons est à présent inadaptée.
  • Observez également vos réactions lorsque vous visualisez votre idéal : Portez votre attention sur les messages critiques que vous renvoie votre petite voix intérieure, les émotions que vous ressentez et les tensions et crispations que vous éprouvez dans votre corps. Notez attentivement les messages négatifs que vous manifestez à votre encontre. Vous pourrez voir que ces messages sont souvent en lien avec les sentiments qui sont souvent des freins émotionnels – la critique, la peur, la culpabilité, la rancœur.
    Et vous avez probablement appris ces messages des personnes qui appartiennent à votre passé.
    Il est souvent difficile de s’observer, or recueillir ces éléments est fondamental. Si vous n’y parvenez pas, le mieux est de consulter un professionnel.
  • Comprenez l’origine de vos blocages. Un travail d’introspection sur votre enfance/adolescence va être nécessaire. Il va falloir examiner scrupuleusement le fonctionnement du couple parental ainsi que la relation que vous aviez avec chacun de vos parents pour en comprendre les dysfonctionnements. Analysez et mettez des mots sur les images et souvenirs qui vous viennent, les interprétations biaisées que vous avez faites et les croyances limitantes qui pourraient être à l’origine de ces blocages.
    Ce que nous reproduisons peut également être dû à un héritage familial inconscient plus lointain. Dans la mesure du possible il est souhaitable de connaitre le vécu de vos aïeux car cela peut vous aider à mettre du sens sur les situations que vous traversez.
    Si vous avez noté des éléments, vous pouvez tenter de comprendre leurs origines et tenter de les changer seuls. Généralement il est plus sûr de le faire accompagné(e) d’un thérapeute.
  • Identifiez le sens profond de ces messages inconscients qui remontent à la surface.
    Que cherchent-ils à vous apprendre sur vous-même ?
    Quelles règles ou croyances ne sont plus utiles aujourd’hui ?

Comprendre ce qui se joue permet d’accepter plus facilement ce que vous vivez et d’en atténuer la souffrance.

C’est un premier pas pour se responsabiliser et opérer les remises en question nécessaires afin de se libérer des traumas de sa lignée et de changer de schéma.

Le stade de la compréhension est essentiel mais n’est pas suffisant pour s’affranchir du poids du passé.

Le travail consistant à se libérer de ses blocages psychologiques constitue un processus progressif qui demande de la persévérance, de la bienveillance et de la patience.

Quels types de sentiments ou éléments récurrents sont souvent liés aux freins émotionnels ?

La peur

Les blocages psychologiques liés à la peur sont les plus fréquents, et peuvent découler de chocs émotionnels, tels que des accidents, des agressions, ou autres situations de danger vécues par le passé.
Des expériences d’échec ou d’humiliation répétées peuvent engendrer des peurs et blocages dans la prise de risque et la libre expression de soi.
Les croyances limitantes acquises par le biais de l’éducation, de l’environnement social ou des médias peuvent également renforcer la peur et contribuer aux blocages psychologiques inconscients.
Ces éléments créent ainsi des associations cognitives et émotionnelles négatives, et conditionnent la personne qui n’en a pas conscience à craindre certaines situations ou événements, même lorsque ceux-ci ne présentent aucun danger réel.
La peur peut par exemple conduire à :
• Éviter d’exprimer sincèrement ses émotions ou ses idées pour fuir le risque d’être blessé.e ou jugé.e.
• S’accrocher à des routines et des schémas familiers, même s’ils ne sont pas bénéfiques, pour avoir un sentiment de sécurité et combler la peur de l’inconnu et de l’incertitude.
• Rechercher constamment le soutien et la réassurance des autres, et éprouver une anxiété excessive dans les relations.
• Avoir des comportements obsessionnels ou compulsifs ou des rituels pour tenter de contrôler ou d'apaiser les sentiments de peur.
• Utiliser la procrastination (reporter indéfiniment les tâches ou décisions importantes), l’agressivité, la fuite ou la manipulation pour masquer sa vulnérabilité ou sa peur de l’échec, sa peur du jugement, de ne pas être à la hauteur.
• Eviter les situations perçues comme anxiogènes.
• Prendre des décisions sous le coup de l’émotion plutôt que la réflexion.
•Etc.

La critique

Les blocages psychologiques inconscients liés à la critique peuvent trouver leurs origines dans des expériences passées où la personne a été soumise à des critiques constantes, à des jugements sévères ou à des commentaires négatifs de la part de parents, d’éducateurs, de pairs ou de figures d’autorité.
De plus, certaines expériences de rejet ou d’échec peuvent renforcer les blocages émotionnels liés à la critique, en renforçant le sentiment de ne pas être à la hauteur des attentes des autres.
Ces éléments peuvent créer une hypersensibilité à la critique et une peur excessive du jugement des autres.
La critique peut ainsi conduire à :
• Souffrir d’une faible estime de soi et se sentir rapidement attaqué.e ou blessé.e émotionnellement.
• Faire preuve de perfectionnisme excessif en ayant des attentes irréalistes sur soi et sur les autres, et se sentir constamment insatisfait.e.
• Interpréter chaque critique comme une confirmation de ses propres pensées et croyances négatives sur soi.
• Conditionner sa valeur personnelle à son niveau de réussite et de reconnaissance aux yeux des autres.
• Reporter ou éviter des tâches qui nécessitent une évaluation par autrui, par crainte de ne pas être à la hauteur.
• Adopter des comportements, des opinions ou des tenues vestimentaires conformes aux attentes perçues des autres pour éviter le jugement.
• Avoir une incapacité à refuser des demandes par crainte de décevoir ou d'être jugé négativement.
• Chercher constamment à être rassuré sur son apparence, ses compétences ou ses idées pour atténuer la peur du jugement.
•Etc.

La culpabilité

Les normes sociales et familiales strictes qui ont été internalisées dès l’enfance peuvent créer des blocages mentaux et émotionnels, en créant un sentiment de responsabilité excessive et de culpabilité pour les actions perçues comme « mauvaises » ou « inacceptables ».
Des événements traumatisants, tels que des abus, des accidents, des pertes d’êtres chers ou des situations où l’on a eu l’impression de causer du tort à autrui, peuvent également engendrer des sentiments de culpabilité profonds.
La remise en question constante de ses propres choix et actions, par rapport aux obligations morales et à un sentiment de responsabilité démesuré, entraîne ainsi des conflits internes dans la prise de décision et l’expression de soi.
Ces schémas de pensée peuvent ainsi conduire à :
• S’infliger des punitions physiques ou psychologiques en réponse à la culpabilité ressentie.
• Faire des efforts excessifs pour plaire et être généreux, avoir tendance à se plier en quatre pour les autres pour compenser.
• Chercher constamment à réparer ou compenser les torts causés, dans l’espoir d’obtenir le pardon ou l’acceptation des autres.
• Blâmer facilement les autres ou les circonstances dans le but d’atténuer son propre mal-être.
• Éprouver un stress et une angoisse accrus, des pensées négatives et des sentiments dépressifs en raison de cette culpabilité persistante.
• Etre toujours dans une autocritique excessive et avoir un dialogue interne négatif constant, où vous vous blâmez pour des erreurs passées ou des imperfections perçues.
• Etre toujours dans l’autosabotage avec des actions qui compromettent le succès personnel ou professionnel, souvent inconscientes, comme une forme de punition auto-infligée.
• Avoir de la difficulté à dire non, être incapable de refuser les demandes des autres, même au détriment de son propre bien-être, par crainte d'ajouter à la culpabilité ressentie.
• S'excuser excessivement, même pour des actions ou des situations qui ne justifient pas une telle réponse.
•Etc.

La rancœur

Les blocages psychologiques inconscients liés à la rancœur peuvent être la conséquence d’expériences passées de trahison, d’injustice ou de blessures émotionnelles profondes.
Les situations de tromperie ou de non-respect des attentes, pour lesquelles la colère ne s’est pas librement exprimée, peuvent amener à porter un fardeau émotionnel lourd et durable.
La rancœur peut également être alimentée par des conflits interpersonnels fréquents, qui ravivent les blessures et contribuent à créer une distance émotionnelle et une profonde méfiance envers les autres. Pour surmonter la rancœur, il est souvent nécessaire d’apprendre le pardon (à soi-même et aux autres), la recherche de solutions constructives aux conflits, et l'apprentissage de stratégies de gestion des émotions.
La rancœur peut ainsi conduire à :
• Ressasser les événements ou les actions passées qui ont causé ce sentiment, repenser aux torts subis et ruminer des émotions négatives persistantes, ce qui empêche de lâcher prise et de se concentrer sur le présent ou l'avenir.
• Se replier sur soi et ériger des barrières émotionnelles pour se protéger contre de nouvelles blessures ou des interactions potentiellement conflictuelles.
• Avoir du mal à se remettre en question à cause d’une mentalité de victime qui se considère constamment lésé.e ou injustement traité.e.
• Manifester parfois intensément et de façon incontrôlée une colère refoulée qui bouillonne intérieurement. Au lieu de s'exprimer ouvertement, la personne peut recourir à des formes d'agressivité passive, comme le sarcasme, les blagues blessantes, ou le non-respect délibéré des besoins et souhaits des autres.
• Etre froid, sans empathie à cause de la fixation sur ses propres douleurs et griefs.
• Avoir des comportements de revanche où vous ne pensez qu’à chercher à blesser ou à nuire à ceux que vous considèrez comme responsables de votre souffrance.
• Etc.

D’autres sentiments disproportionnés tel que la honte, la tristesse, la colère … peuvent être des blocages émotionnels.
Ces sentiments et émotions ne fonctionnent pas isolément mais sont souvent interconnectés et peuvent se renforcer mutuellement.

Comment vous débarrasser seul(e) de vos blocages psychologiques ?

Si vous avez réussi seul(e) l’identification de vos blocages psychologiques et de leurs origines, vous en débarrasser est le plus difficile.
Si vous n’y parvenez pas, vous pouvez consulter un thérapeute.
Car une fois que vous êtes parfaitement conscients de vos « paralysies » psychologiques et de ce qu’elles vous font faire, il faut vous responsabiliser et chercher des solutions spécifiques pour les surmonter.
Pour cela, il s’agira de remettre en question votre perception des choses.
Mais ce n'est pas tout.

Certes la réparation passe par la prise de conscience de ces schémas et de leurs mécaniques secrètes, mais aussi par le fait de retraverser les émotions et ressentis refoulés pour, en se rassemblant, les intégrer comme une partie de soi.

Quand une émotion ou un sentiment est disproportionné, c’est l’occasion de plonger totalement dans cette émotion, dans ce à quoi elle vous renvoie, d’accueillir et de laisser parler votre partie intérieure blessée, parfois terrorisée pour ensuite, une fois l’émotion évacuée et purgée, se responsabiliser dans la situation et laisser place à une attitude plus adulte avec des ressources d’adulte. Souvent vous devez interroger la validité de vos schémas de pensées négatifs et défaitistes, et vous efforcer de trouver des preuves qui les contredisent ou des bénéfices cachés. Le sentiment d'être piégé découle d'une perception particulière de notre situation, de nos options, ou des conséquences de nos actions potentielles.

En faisant ce travail sur vous-même, certes plutôt inconfortable, vous vous donnez les moyens de trouver comment vous libérer de la charge émotionnelle associée à ces évènements, pour mieux surmonter vos blocages psychologiques et émotionnels.

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à renforcer ces perceptions réactualisés et les circuits neuronaux correspondants dans votre cerveau, en t’appliquant à pratiquer ces nouveaux schémas de façon consciente chaque jour, jusqu’à ce qu’ils deviennent habituels.
Ceci dit ne vous sentez pas coupables de ne pas réussir, il est quasiment impossible de le faire seul(e). Le mieux est de prendre RDV et de s’accorder une bonne fois des séances de psychothérapie.

Le travail consistant à se libérer de ses blocages psychologiques inconscients constitue un processus progressif qui demande de la persévérance, de la bienveillance et de la patience.


Vous pouvez dans tous les cas vous féliciter d’avoir le courage et la sagesse de vous engager dans cette voie, qui n’est pas celle de la facilité, mais dont les résultats en termes de bonheur et d’épanouissement en valent tellement la peine !

Surmonter un blocage psychologique inconscient se fait rarement d’un simple claquement de doigt, et demande essentiellement à ce que vous soyez prêt(e) à accueillir autre chose dans votre vie, et suffisamment entraîné(e).
Dans tous les cas, gardez en mémoire d’aller à votre rythme et soyez plein d’amour et de bienveillance envers vous-même. Apprenez à développer l’acceptation de soi et à vous pardonner vos imperfections et vos erreurs, qui sont d’ailleurs de formidables sources d’apprentissage !

Comment changer définitivement et efficacement ses blocages psychologiques ?

Il est essentiel d’être accompagné par un psychothérapeute.
Il existe différents types de thérapie. Toutes ne travaillent pas sur les mêmes principes.
D’après les récentes découvertes en neurosciences, il est essentiel de procéder à une forme de réécriture des schémas dans votre cerveau.
Différents outils peuvent vous permettre d’y parvenir mais il est fondamental de suivre un protocole précis. Il fait partie des fondements de la neuropsychothérapie. Il se nomme processus de reconsolidation thérapeutique de la mémoire (PRT).

La neuropsychothérapie pour débloquer vos « verrouillages » psychologiques

La neuropsychothérapie est une approche thérapeutique qui combine les connaissances issues de la neuroscience avec les pratiques de la psychothérapie pour traiter les troubles psychologiques et émotionnels.
L'idée centrale de la neuropsychothérapie est que la compréhension des mécanismes neurobiologiques sous-jacents aux différentes conditions psychologiques peut améliorer l'efficacité des interventions psychothérapeutiques. Cela peut inclure, par exemple, des stratégies pour modifier les schémas de pensée et de comportement qui sont soutenus par des processus cérébraux spécifiques, ou l'utilisation de techniques qui visent à favoriser la neuroplasticité, c'est-à-dire la capacité du cerveau à se reconfigurer en réponse à de nouvelles expériences ou apprentissages.
Pour travailler directement sur les contraintes mentales ou les barrières affectives, il y a la thérapie de la cohérence.

La thérapie de la cohérence pour enlever vos blocages psychologiques et émotionnels

Si vous voulez tout savoir vous pouvez consulter l’article « La thérapie de la cohérence, une THÉRAPIE pour CHANGER les schémas de vie du passé ».

En fait votre cerveau est rempli de « vérités émotionnelles » qui sont des apprentissages que vous avez eu durant votre enfance.

Par exemple, un enfant qui a grandi avec des critiques incessantes de la part d’un parent et a pu conclure de cette expérience qu’il ne vaut rien et garde la croyance à l’âge adulte. À l’âge adulte, il pourra ressentir le symptôme d’un manque de confiance en lui.
Le contexte de cet apprentissage a souvent été pénible. Cet apprentissage s’est déroulé dans une situation de stress émotionnel. Il restera donc très résistant au changement.
Cette vérité émotionnelle reste bien souvent non reconnue de façon évidente dans la conscience.
L’inconscient/le cerveau reptilien va alors créer des symptômes qui ont un sens; c’est-à-dire qu’ils sont cohérents avec la vérité émotionnelle. Et bien souvent des façons de percevoir et de réagir, c’est-à-dire des comportements adaptatifs, se sont mis en place en accord avec cette vérité émotionnelle.

L’objectif en thérapie de la cohérence est d’identifier ces vérités émotionnelles cachées à l’origine de vos problèmes dans le temps présent, de les amener à votre conscience et ensuite en étant guidé par le thérapeute, de modifier ces anciennes vérités émotionnelles.


Cela permettra au mécanisme du cerveau de dissoudre des réalités conflictuelles et d’éliminer des croyances et des modèles de comportement; qu’il a créés dans votre vie.

Si vous voulez vous débarrasser de vos blocages psychologiques, la thérapie de la cohérence est LA thérapie pour faire disparaitre vos barrières mentales ou vos résistances psychologiques.

Vous pouvez également lire l’article consacré aux approches expérientielles « Comment prendre un nouveau tournant dans sa vie ? » où un paragraphe détaillé évoque le fonctionnement de la thérapie de la cohérence.

Auteur : Karine BIAVA (2024)
Psychothérapie et Art-thérapie à Peymeinade 06 530


Si vous sentez que vous avez besoin d’aide car vous êtes bloqué dans une situation et vous avez besoin de changement car cette situation est devenu insupportable, vous pouvez entreprendre des séances de thérapie pour solutionner durablement votre situation.
N'hésitez pas à prendre rendez-vous.

La théorie est une chose, en profiter vraiment en est une autre.
Une séance suffit pour répondre à une question.
Une thérapie est efficace durablement que après plusieurs séances.


D'autres articles sur ce sujet dans le blog ? Regardez ici.

Cet article vous a plu ? Si vous voulez échanger sur cet article, je le ferai bien volontiers avec vous. Pour ceci vous pouvez utiliser le formulaire de contact.